Les risques d’inondations

3 notions sont importantes lorsqu’on évoque les inondations : celles d’aléa, d’enjeu et de risque.

Les phénomènes d’inondation

Par débordement de cours d’eau

Une crue correspond à une augmentation du débit et de la hauteur d’eau. On parle d’inondation lorsque la crue est débordante : l’eau passe au-dessus des berges du cours d’eau entraînant des débordements localisés ou généralisés en fonction de l’importance de la crue.

Par remontée de nappes phréatiques

Les inondations par remontée de nappes phréatiques, se produisent lorsque les pluies sont abondantes durant plusieurs saisons, le niveau de la nappe peut s’élever jusqu’à atteindre le sol et ainsi provoquer une inondation.

Par ruissellement

Des précipitations importantes sur plusieurs jours ou d’une forte intensité accentuent le phénomène de ruissellement sur les versants. Le ruissellement se produit soit parce que le sol est saturé en eau suite à un événement pluvieux soit à cause de l’imperméabilisation des terrains. Le ruissellement va donc suivre la topographie et s’accumuler dans les zones à faible topographie, cuvette, replat, etc …

(source : SYMVAHEM)

La submersion marine

La submersion marine désigne une inondation temporaire de la zone côtière par la mer dans des conditions météorologiques extrêmes.

Plusieurs facteurs entrent en jeu lors de ces phénomènes :

  1. La marée : en effet plus celle-ci sera forte (coefficient de marée important), plus le phénomène aura des chances de se produire ;
  2. La pression atmosphérique et le vent : lors de tempêtes, ces deux effets peuvent faire monter le niveau de la mer, en une sorte d‌’aspiration. C‌’est ce que l‌’on appelle la surcote. La surcote est ainsi la différence entre le niveau prévisible de la marée et le niveau effectivement observé ;
  3. La houle (vagues) provoquée par le vent au large peut également amplifier le phénomène de marée et surcote. La houle arrivant sur la côte provoque une hausse relative du niveau de la mer d‌’autant plus forte qu‌’elle est importante. C‌’est ce que l‌’on nomme le set-up ou encore surcote de déferlement, il est variable selon la configuration du littoral (il est nul à l‌’intérieur des ports par exemple ).

(source : DREAL Hauts de France)

Submersion marine sur la côte d’Opale – Source : Delta FM